Annie Girardot

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Annie Girardot

Message par Invité le Lun 28 Fév - 17:38

Une très bonne artiste s'est éteinte :

Annie Girardot, «la plus grande actrice du cinéma d'après-guerre»
2 commentaires Créé le 28.02.11 à 16h46 -- Mis à jour le 28.02.11 à 17h26

Annie Girardot reçoit le César du meilleur second rôle dans «Les Misérables» de Claude Lelouch, Paris, le 2 mars 1996. VILLARD / NIVIERE / SIPA

CINEMA - Les hommages rendus à l'actrice qui vient de mourir se multiplient...
«Annie Girardot restera mon plus beau souvenir de metteur en scène et d’homme», a déclaré Claude Lelouch sur BFMTV. Pour le réalisateur, qui l’avait notamment faite tourner en 1995 dans Les Misérables, elle «était peut-être la plus grande actrice du cinéma français d'après-guerre».

«Une comédienne rare»

- Léo Bardon, le secrétaire particulier de la comédienne qui avait découvert les premiers indices de sa maladie, et écrit un livre «Annie, te souviens-tu», a déclaré sur la même chaîne: «C’est une grosse perte pour tout le monde, tous ceux qui étaient dans son entourage, et aussi pour le cinéma.»

- Claude Pinoteau, qui l'a dirigée dans La Gifle, avec Lino Ventura, a, lui, évoqué «une femme extrêmement attachante car simple». C'était pour lui «une comédienne rare car populaire et à la portée de tout le monde», a-t-il ajouté.

- Jean-Pierre Mocky, qui la connaissait depuis le Conservatoire où ils avaient suivi des cours ensemble, s'est également exprimé sur BFM. «C’était une fille vive pleine de qualités humaines, a-t-il souligné. Un peu comme Jeanne Moreau, ce sont des filles qui au départ n’étaient pas du tout destinées à jouer de premiers rôles et puis brusquement, à cause de leur talent et de leur persévérance, elles sont arrivées à devenir des stars à part entière.»

>> Voir notre vidéorama sur Annie Girardot

- Pour Line Renaud, qui avait joué avec elle Les Filles du Lido, «Annie était un monument du cinéma français, une immense actrice, très instinctive et toujours juste. Son départ est bouleversant. Je suis allée l'embrasser une dernière fois dimanche soir. Sa fille Julia et sa petite-fille Lola m'avaient appelée pour me dire que c'était la fin. Cela a été réconfortant de la voir entourée de tellement d'amour».

- Le metteur en scène Robert Hossein a expliqué sur RTL: «J'ai travaillé avec elle, je l'aimais infiniment... une colossale et magnifique actrice d'une générosité, d'une présence, d'un tempérament, d'une nature originale et vraiment extraordinaire. (...) Je retiendrai d'elle que c'était quelqu'un qui avait un énorme caractère, une autorité terrible et puis une vie assez passionnée, assez tourmentée, quelqu'un d'extraordinairement attachant.... je trouve que c'est une grande perte pour la profession...»

«Quelque chose qui bouleversait le cœur»

Sur i-Télé, Élie Chouraqui a salué une femme qui portait «énormément d'émotion en elle, quelque chose de bouleversant dans la voix, dans le regard. Quelque chose qui bouleversait le cœur».

De son côté, Christophe Girard, adjoint au Maire de Paris chargé de la Culture, s'est exprimé dans un communiqué: «Annie Girardot est morte d'aimer, d'aimer passionnément et pleinement son métier. Le théâtre et le cinéma auront été sa vie. Girardot inoubliable entre autres dans Rocco et ses frères, Docteur Françoise Gailland, Traitement de choc et plus récemment dans le rôle de la mère de La pianiste de Michael Haneke. Merci Annie Girardot.»


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Annie Girardot

Message par Invité le Mar 1 Mar - 8:32

C'était une femme simple dans la vie comme sur scène.
------------

Le président Nicolas Sarkozy salue dans un communiqué "une des figures les plus inoubliables du cinéma français de ces cinquante dernières années". Pour le Premier ministre, François Fillon, "son oeuvre porte la marque d'une artiste qui considérait son engagement sur scène ou à l'écran comme un don de soi".

"Le cinéma français est veuf aujourd'hui de l'une de ses personnes les plus aimables, les plus distinguées, les plus remarquables", a déclaré à la presse le ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

Invitée du Journal de 20 heures sur TF1, le premier secrétaire du Parti socialiste, Martine Aubry, a rendu hommage à une femme "émouvante, juste, simple, très attachante et je crois que les Français ne l'oublieront jamais".

Sur les planches, où Annie Girardot avait débuté, à la Comédie française, avant de se consacrer au cinéma, son grand succès restera "Madame Marguerite", une institutrice qu'elle interprétera des années 1970 jusqu'au début des années 2000, alors que la mémoire commence à lui faire défaut.

Molière 2002 de la meilleure comédienne pour ce rôle, elle reçut la même année un Molière d'honneur pour l'ensemble de la sa carrière.

Annie Girardot s'était mariée en 1962 avec l'Italien Renato Salvatori, son partenaire dans "Rocco et ses frères". Ils se sépareront mais ne divorceront pas. Ensemble, ils ont eu une fille, Giulia.

Elizabeth Pineau, édité par Jean-Loup Fiévet

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Annie Girardot

Message par Invité le Ven 4 Mar - 16:26

C'est par un froid vif et sous un grand soleil que des centaines d'anonymes ont tenu à dire adieu à Annie Girardot, décédé lundi, dont les obsèques se déroulaient ce vendredi matin en l'église Saint-Roch, à Paris (Ier). L'arrivée du cercueil a été saluée par des applaudissements nourris, alors que les personnalités du cinéma avaient déjà pris place dans l'édifice.

Claude Lelouch, Gérard Darmon, Jean-Paul Belmondo, Mireille Darc arrivée main dans la main avec Alain Delon, visiblement marqué par la douleur, mais aussi Jean-Pierre Marielle, Jane Birkin, Brigitte Fossey, Bernard Menez, Jack Lang ou encore Smaïn avaient tenu à être présents. Un peu plus tôt, Line Renaud était arrivée au bras du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand.

Un grand coeur de roses rouges avec la mention «Vive la vie» signée notamment Giulia, sa fille, et Lola, sa petite-fille, a été disposé dans le choeur. Une gerbe de fleurs d'Isabelle Adjani était dédiée à sa «maman-cinéma inoubliable». Une autre portait la signature du président Nicolas Sarkozy.

«Annie est le symbole de la générosité»

Pendant la bénédiction, Claude Lelouch a demandé une «standing ovation» pour «le film qu'Annie est déjà en train de tourner avec le Grand Metteur en Scène». Des applaudissements nourris ont alors résonné pendant de longues minutes dans l'église. C'est avec lui qu'elle avait obtenu sa dernière consécration, un César du meilleur second rôle féminin dans «Les Misérables», en 1996. Le visage baigné de larmes, sa déclaration avait fait se lever la salle entière, bouleversée, pour un long hommage.

Devant les grilles du dispositif de sécurité, face à l'église Saint-Roch, des anonymes évoquaient l'actrice, disparue à l'âge 79 ans. Venue de Belgique, Marie Aviles témoignait : «Annie est le symbole de la générosité. Je l'ai rencontrée au théâtre et on est devenue amies, ça me fait rigoler de voir les gens qui sont là aujourd'hui, ceux qui l'ont laissé tomber, à part Lelouch». Comme elle, beaucoup soulignaient la solitude de l'artiste lors des dernières années de sa vie, mais aussi son combat contre la maladie d'Alzheimer.

Sylvie, elle, voulait retenir «l'actrice fabuleuse, généreuse qui pouvait aussi bien faire rire qu'émouvoir, symbole de la femme libre et moderne, victime de sa générosité peut-être». Annie Girardot, qui débuta dans le drame avec «Rocco et ses Frères» pour triompher dans la comédie des années 70 et tourner plus de 120 films s'est éteinte «paisiblement», selon le mot de sa fille, lundi à l'hôpital Lariboisière à Paris à l'âge de 79 ans au terme d'une vie faite de hauts et de bas.
LeParisien.fr


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Annie Girardot

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum