Quand le travail tue plus les ouvriers que les cadres.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Quand le travail tue plus les ouvriers que les cadres.

Message par Invité le Mar 8 Mar - 17:01

Inégalités sociales, santé : la double peine des fils d'ouvriers
Par TF1 News (d'après agence) le 08 mars 2011 à 07:26

Inégalités sociales et de santé vont de pair, souligne une étude française, et ce dès l'enfance : selon la catégorie socio-professionnelle dans laquelle se situent leurs parents, les enfants ne seront pas égaux face à l'obésité. Les ouvriers sont aussi plus exposés aux risques de cancers.

Mieux vaut être riche et bien portant... Rarement le cynisme d'un adage populaire aura été aussi cruellement vérifié par des études scientifiques. Les inégalités sociales en matière de santé apparaissent ainsi dès l'enfance, comme par exemple le surpoids, souligne la dernière livraison du Bulletin épidémiologique hebdomadaire consacrée à ces disparités qui ont tendance à se creuser. La surcharge pondérale est un "miroir des inégalités sociales dès le plus jeune âge", rappelle Nathalie Guignon (Drees : évaluation et statistiques). Entre 2000 et 2006, le surpoids et l'obésité ont reculé en France chez les enfants de 5 à 6 ans, mais cette baisse est plus marquée dans les milieux favorisés.

Les déterminants de ces inégalités ne relèvent pas du seul système de santé, relève pour sa part Thierry Lang de l'université Paul Sabatier (Inserm, Toulouse) en évoquant diverses causes (sociales, économiques, lieu de vie...) "Le rôle du travail et de l'emploi est majeur", souligne-t-il plus généralement dans un éditorial.

Le signal d'alarme américain

Il relève "par exemple que, pour le cancer du poumon, 50% de la surmortalité des ouvriers est liée aux expositions professionnelles et que les cancers sont à l'origine de 40% des inégalités sociales de santé". Sur les 2,4 millions de salariés exposés à des produits cancérogènes, "70% sont des ouvriers", et ils "meurent trois fois plus du cancer du poumon que les cadres", selon des experts de l'Institut national du cancer (INCa). Des études dont il est toutefois difficile de tirer toutes les conséquences : Thierry Lang pointe la faiblesse des données sociales individuelles sur la morbidité (maladies) et leurs conséquences fonctionnelles. Il est nécessaire de disposer d'indicateurs permettant de caractériser les zones d'interventions prioritaires, poursuit-il.

En revanche, un constat clair se dégage : les inégalités d'espérance de vie "en bonne santé" sont marquées et ajoutent encore une inégalité à celles que creuse déjà la mortalité. C'est ainsi une "double peine" pour les ouvriers qui vivent davantage d'années d'incapacité que les cadres et pour une espérance de vie plus courte. Pour lui, "le recul de l'espérance de vie récemment observé aux Etats-Unis souligne que les progrès ne sont pas inexorables". Ce recul américain est attribué au tabac et à l'obésité, mais ces deux facteurs n'interviendraient que dans "une chaîne de causes" (sociales, économiques, commerciales, réglementaires...) accessibles à des interventions.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le travail tue plus les ouvriers que les cadres.

Message par Invité le Mar 8 Mar - 18:06

Ca me semblait évident, sans même lire l'article.
Les ouvriers ont plus de risques d'accidents de travail aussi et aux premières loges avec des machines, les produits chimiques....

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le travail tue plus les ouvriers que les cadres.

Message par Invité le Jeu 10 Mar - 15:42

ça me parait évident aussi, mais ils continuent à manager avec le principe que l'on doit en chier pour mériter son salaire.
exit le devoir de l'employeur de ne pas porter atteinte à l'intégrité physique et psychique des gens.
ça passe souvent au second plan, voir c'est étouffé pour que les ouvriers ne revendiquent pas leurs droits au bien être au travail.
On passe sous silence la pression que chaque ouvrier a de devoir obéïr souvent sans réfléchir, afin de faire croire que si le mec se met en danger c'est qu'il a bien voulu.
Peut être qu'il n'a pas su dire non, mais a-t-il toujours le choix de dire NON quand il risque de perdre son boulot?
La loi les protège et empèche les employeurs de devenir des criminels.
La réalité est toute autre, l'employeur ne se défonce que pour trouver les moyens de se protéger pénalement et de rejeter sa faute sur la victime elle même.
Dès lors que l'expression "se tuer au travail" sera synonyme de courage, y'a pas d'évolution positive possible. Ou alors très lentement...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Quand le travail tue plus les ouvriers que les cadres.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum